L'évolution des motorisations des 50cc

Suivant notre politique de qualité, nous sommes désireux de faire durer nos scooters électriques dans le temps en prenant soin de choisir les produits les plus adaptés à nos besoins en fabriquant des scooters puissants et durables. 

Montants des faisceaux surdimensionnés sur tous nos scooters électriques, des moteurs plus puissants que la moyenne proposés sur le marché Français afin qu’ils soient moins sollicités, même dans des conditions difficiles pour éviter une usure prématurée.  Par exemple, les scooters électriques équivalents 50cc sont souvent proposés à partir de 1500W allant jusqu’à 2000-2500W, en effet suffisant pour monter à 45 km/h mais à bout de souffle… 

Un scooter électrique avec une motorisation supérieure sera moins sollicité et donc utilisera beaucoup moins le moteur et la batterie. L’énergie consommée sera plus faible faisant ainsi grimper l’autonomie du scooter électrique, c’est pour cela que nous utilisons des moteurs d’une puissance de 3000W pour faire durer nos scooter électriques et avec cela l’utilisation de moteur directement intégrés à la roue. 


Dans un moteur à courant continu, il existe des aimants permanents sur l'extérieur et une armature de filage à l'intérieur. Les aimants permanents sont fixes, que l’on appelle stators. L'armature tourne, de telle façon qu'il est appelé rotor.

L'armature comporte un électro-aimant. Lorsque vous envoyez de l'électricité dans cet électro-aimant, il crée un champ magnétique dans l'armature qui attire et repousse les aimants dans le stator. Donc, l'armature tourne de 180 degrés. Les balais ou charbons permettent de gérer ce changement de polarité. Ils entrent en contact avec deux électrodes attachés à l'armature et retournent la polarité magnétique de l'électro-aimant pendant qu'il tourne.

 

 

Un moteur brushless ou moteur sans balais et une machine Électrique qui classée dans la catégorie des machine asynchrone ; le rotor de ce moteur est composé par des aimant permanent et pourvu d'origine d'un capteur de position rotorique donc ce type de moteur ne contient aucun collecteur tournant et donc il élimine tous les inconvénients du moteur à courant continu classique.

  

Avec l'avènement des ordinateurs bon marché et transistors de puissance, il est devenu possible de faire tourner le moteur à l'envers et éliminer les balais à charbon. Dans un moteur à courant continu sans balais, vous mettez les aimants permanents sur le rotor et vous déplacez les électroaimants du stator. Ensuite, vous utilisez un ordinateur (connecté à transistors de forte puissance) que l’on appelle sur nos scooter électrique un contrôleur, pour charger les électro-aimants que l'arbre tourne. 

Parce qu'un ordinateur contrôle le moteur au lieu de balais à charbon, ce qui est plus précis. Le contrôleur du scooter électrique peut également tenir compte de la vitesse du moteur dans l'équation. 

Les électro-aimants sur le stator, sont très faciles à refroidir.

 

  Comment fonctionne un moteur à courant continu sans balais ?

Le principe de fonctionnement d'un moteur BLDC est simple : vous fournissez du courant électrique aux bobines du stator et le champ magnétique qui en résulte fait tourner le rotor, qui est un aimant permanent. Comme vous pouvez le remarquer, les bobines du moteur BLDC ne tournent pas, il n'y a pas besoin de balais ni de collecteur dans un tel moteur. 

Cependant, si les bobines sont fixées en place, comment changer la polarité de l'électroaimant qui est nécessaire pour que la rotation du moteur reste unidirectionnelle ? Pour ce faire, on utilise un contrôleur.

Le contrôleur fonctionne soit avec un capteur de position du rotor, soit à l'aide d'aimants sur le corps du moteur. Voici la différence entre ces deux types de contrôleurs :

  • Contrôleurs BLDC basés sur des capteurs : Un capteur est fixé au rotor et détermine sa position à tout moment. Ces données de localisation sont ensuite envoyées au contrôleur. Le contrôleur envoie du courant avec une polarité spécifique à des bobines spécifiques pour s'assurer que le champ magnétique est toujours dans une position permettant de continuer à faire tourner le rotor dans le bon sens.
  • Contrôleurs BLDC sans capteur : Dans cette approche, des électro aimants sont placés sur le corps du moteur. La rotation du rotor induit un courant électrique dans les bobines de ces électro-aimants. L'intensité et la direction de ce courant indiquent au contrôleur d'exciter des bobines spécifiques sur le stator pour faire tourner le moteur.

La nécessité d'un contrôleur rend un moteur BLDC intrinsèquement compliqué par rapport à un moteur sans balai. Cependant, les moteurs BLDC présentent un certain nombre d'avantages qui les rendent utilisables dans de nombreuses applications, notamment dans les scooters électriques.

Ecrire un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés