La vitesse limité a 30km/h dans Paris

Le panneau 30 va devenir la norme à Paris. La vitesse maximale autorisée sera limitée à 30 km/h dans tout Paris, à l'exception du périphérique et de quelques grands axes le 30 août, a annoncé jeudi David Belliard, l'adjoint chargé des transports et de la mobilité. C'était une promesse de campagne d'Anne Hidalgo. L'objectif est de réduire le bruit et d'améliorer la sécurité routière


Actuellement, 60% du territoire parisien est déjà en zone 30. La Ville ne souhaitait plus multiplier ces zones mais harmoniser la vitesse sur l'ensemble de la ville. 


Quelques grands axes restent toutefois limités à 50 km/h : les boulevards des maréchaux, deux portions des quais de Seine, certaines voies des bois de Boulogne et Vincennes, quelques grands axes de l'ouest parisien (Champs-Elysées, Foch, Grande Armée, rue Royale), du 12ème et du 14ème arrondissements. Le boulevard périphérique, qu'Anne Hidalgo voudrait faire passer à 50 km/h, reste quant à lui limité à 70 km/h. Annonçant que ce n'était pas encore une priorité pour le moment. 


Donc à Paris le 30 août c’est 30km/h

Mais si cette mesure fait déjà grincer des dents les associations, il faut cependant se souvenir que la vitesse moyenne dans la capitale ne dépasse actuellement pas les 14 km/h… Autant dire que cela ne devrait pas changer grand-chose dans les faits.


Pour cela que le scooter électrique est particulièrement adapté à ce changement, favorisant le silence, grâce à ses modes de conduite se limitant tout seul à ne pas dépasser les limitations de vitesses. Un véhicule déjà adapté à ces mesures aussi bien en termes de silence que d’écologie et de vitesse, le scooter électrique est clairement le moyen de transport de demain. Aucune pollution de l’air ni sonore.


Tout pousse à une transition vers les scooters électriques, des bonus écologiques allants jusqu’à 2400€, le stationnement gratuit pour l’électrique, les économies d’essence, d'entretien de ces véhicules. 


L’environnement est devenu une préoccupation majeure et nous ressentons déjà les effets du changement climatique et des pollutions de l’homme dans nos vies quotidiennes. Chacun essaie à son niveau d’adopter de nouveaux comportements pour améliorer cela, en commençant par modifier ses modes de déplacement. 

C’est en effet le transport en général qui est un des plus grands responsables des émissions de gaz à effet de serre. Le scooter électrique devient donc un enjeu individuel et collectif important. Les véhicules électriques, en particulier le scooter électrique, sont non seulement bien adoptés à nos modes de vie urbains mais aussi parfaitement en phase avec les enjeux environnementaux.

Paris n’est pas la première ville à passer à 30 km/h, puisqu’elle emboîte le pas à Toulouse, Nantes ou encore Grenoble, qui ont déjà adopté cette mesure depuis quelques temps.


En France, les transports sont la première cause d’émissions de gaz à effet de serre et la première cause de pollution de l’air. Très souvent, on imagine que les transporteurs routiers sont responsables de tous les maux. Mais saviez-vous qu’un véhicule thermique consomme plus dans les premiers kilomètres et donc sur des trajets courts en raison de son besoin de chauffer. Saviez-vous qu’un deux-roues pollue proportionnellement plus qu’un camion ? 

En effet, les véhicules thermiques polluent d’autant plus qu’ils sont anciens. Les normes et les innovations techniques ont permis de parvenir à une baisse des chiffres de la pollution de chaque véhicule mais c’est encore très insuffisant. 


Choisir un scooter électrique est un choix judicieux pour limiter toutes les pollutions liées à vos déplacements, que ce soit la pollution sonore ou la pollution de l’air. Outre l’absence d’émissions de gaz à effet de serre, primordiale dans la lutte contre le réchauffement climatique, l’absence de rejet de particules fines est tout aussi essentiel pour tous les habitants des métropoles car elles affectent plus directement encore leur santé. 

Ecrire un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés